Vire des Fleurs - vire Tardiador - Vire Escuzana (2845m)

depuis le col des Tentes
Vire des Fleurs - vire Tardiador - Vire Escuzana

Ce fabuleux itinéraire est un spectacle de tous les instants. Les points de vue grandioses se succèdent inlassablement, rendant le parcours plaisant de bout en bout.

Facile et ludique, la vire Escuzana débute plaisamment l'itinéraire des trois vires.
Nettement plus confidentielle et sauvage, la vire Tardiador nous fait pénétrer dans un autre univers. On s'étonne de passer si facilement en suivant un cheminement qui de loin parait hautement improbable.
Dernière du trio, la vire des Fleurs est parcourue par un confortable sentier permettant de profiter sereinement du spectacle grandiose. Attention cependant a rester constamment vigilant car une chute pourrait avoir des conséquences fatales.

Ré alisé en aout 2019
Dernière modification le 01/10/2019
  • Cotation
    T6 - Randonnée alpine difficile
  • Intérêt
    :  
  • Situation
    Hautes-Pyrénées > Gavarnie Col des Tentes
  • Dénivelée
    : 1480 m
  • Distance
    : 24 km
  • Altitude maximale
    : 2845 m
  • Horaire
    : 11h40
  • Cartes
    Top25 1748OT (Ign);Ordesa y Monte Perdido 1:25000 (Parques nationales de Espana 1);Gavarni Ordesa N°24 1/50000 (Rando Editions)
  • Type d'itinéraire
    : Boucle
Accès
    Depuis Gavarnie, emprunter la D923 jusqu'au Col des Tentes où l'on se gare. Vaste parking.
Difficultés

    Ne pas négliger la distance et le dénivelé. Ne s'y aventurer que par beau temps, et lorsque les vires sont sèches, et complétement déneigées.
    L'accès à la seconde vire (vire Tardiador) se fait hors sentier depuis le Mondarruego. Bien lire les indications pour en trouver l'entrée. Cette vire n'est guère parcourue que par une vague sente par endroit. Elle ne pose cependant pas de réelles difficultés par bonnes conditions météo.
    Aucune des Trois vires ne présente de difficultés techniques par beau temps, mais une chute serait fatale. Il est par conséquent essentiel de redoubler de vigilance, de progresser lentement, de prêter attention à tous les obstacles, de s'arrêter lorsqu'on souhaite prendre des photos ou regarder les paysages.
    Au-delà de la vire des fleur, traversée d'une zone de lapiaz.
    Court passage d'escalade facile au niveau du Plano de Milaris.
    L'essentiel du parcours se fait sur de bonnes sentes, rendant le cheminement agréable.
    Crampons et piolet peuvent être nécessaires même tard en saison pour la descente de la brèche de Roland, côté français.

Descriptif

    0h00 Col des tentes (2208m)
    Emprunter la route goudronnée, interdite à la circulation (SO). Elle nous mène sans difficulté au Port de Boucharo.

    0h25 Port de Boucharo (2270m)
    Port frontalier entre la France et l'Espagne.
    Laisser à gauche le chemin d'accès à la brèche de Roland.
    Poursuivre en face  sur la sente la plus à gauche, à altitude constante (direction Sud-Ouest). Peu après, il faut desescalader en passage rocheux de quelques mètres en s'aidant des mains (sans grosses difficultés sur rocher sec).
    Un peu confuse au départ, la sente se fait parfaitement visible par la suite. Après une traversée montante sous les Gabietous, la sente s'élève à gauche (Sud Sud-Ouest) en lacets serrés à travers les éboulis.
    On accède au col de Gabeito sur sa partie ouest (à droite en montant).

    1h25 Forqueta de Gabieto (2516m)
    La vue s'ouvre au Sud sur la vire de l'Escuzana. Vu d'ici le cheminement parait improbable.
    Descendre en face sur quelques mètres, puis suivre la sente et les cairns qui nous guident à travers les rochers dans une traversée légèrement montante à gauche (direction est). On rejoint le talweg pour remonter vers la droite en direction de la vire de l'Escuzana.

    1h50 Vire de l'Escuzana (2550m)
    Large vire, sentier présent d'un bout à l'autre, longue de 1km.
    La sente évidente et ludique chemine sur la vire sans réelle difficulté, mis à part en fin de parcours une dalle penchée nécessitant de s'aider des mains pour s'élever sur 3m.
    Lorsque la vire se termine au bout d'à peine plus d'un km. Se diriger à gauche en direction d'un vaste col. Une bonne sente en lacet permet de s'élever facilement jusqu'au col (direction sud-Est)

    2h55 Col d'Escuzana (2728m)
    Panneau d'entrée dans le Parc National d'Ordesa.
    Face à nous, les Gabietous, le Taillon, le Mont-Perdu..

    Monter à droite en suivant une sente qui chemine à droite de l'arête,  et nous élève sans difficulté jusqu'au sommet du Mondarruego.

    3h10 Pico Mondarruego / Pic de l'Escuzana  (2845m)
    Suivant les cartes, ce sommet porte le nom de Pico Mondarruego, Pic de l'Escuzana, ou encore Punta Catuarta.
    Bien prendre le temps de repérer la suite de l'itinéraire: il faut viser au Sud-Ouest la grande terrasse herbeuse située à gauche d'un grand cratère.

    Descendre à droite sur les pentes caillouteuses du Mondarruego. Pas de véritables sentiers, mais ça passe partout (direction Sud-Ouest).
    On rejoint les terrasses herbeuses situées à gauche du grand cratère de Foya del Narronal.
    Parvenu sur les terrasses, contourner un petit cratère par la droite pour rejoindre la falaise. Le départ de la vire Tardiador se situe au niveau d'un rocher dressé sur une vire et proche de la paroi.

    3h45 Vire Tardiador / Faja del Tardiador  (2550m)
    Vire très peu fréquentée, longue de 2km, hors sentier.
    L'itinéraire est évident, malgré l'absence de sentier. Certaines portions plus étroites requièrent toute notre attention, mais la progression ne présentent pas de difficultés. Attention cependant aux portions herbeuses, qui rendent cette vire praticable uniquement par temps sec et en l'absence de neige.

    5h15 Sortie de la vire Tardiador  (2450m)
    La vue s'ouvre au Nord sur le vallon d'Aguas Tuertas, le Pico Blanco, et en arrière plan le Taillon. A l'Est, on peut voir la première partie de la vire des Fleurs.
    Descendre un peu au nord vers le vallon d'Aguas Tuertas, puis s'orienter à droite en direction de la vire des Fleurs. S'élever sur la falaise bordant la vire pour rejoindre le départ.

    5h35 Départ de la vire des Fleurs (2380m)
    Fabuleuse vire, longue de plus de 3.5km, dominant de 1000m le canyon de Ordesa. Sentier présent d'un bout à l'autre, étroite par endroit.
    Le cheminement est évident. Il suffit de suivre le sentier qui parcoure longuement la vire. Du fait du vide jamais très loin, une attention permanente est requise car la chute est interdite, mais l'ensemble de la vire ne pose pas de difficultés techniques. Le chemin est pour l'essentiel large de plus de un mètre.

    7h00 Fin de la vire des Fleurs (2380m)
    Magnifique vue au nord sur le Cylindre, le Mont-Perdu et le Soum de Ramond
    Poursuivre vers le nord, en direction du Casque visible au loin. Le sentier, visible au départ, se perd un peu par la suite dans l'étendue de lapiaz. Bien suivre les cairns. L'itinéraire le plus facile fait un large détour par la gauche pour éviter en partie la zone de lapiaz.
    On descend progressivement jusqu'à un grand replat herbeux.

    7h20 Replat herbeux du Mondaruego  (2320m)
    Traverser le replat vers la droite (Ouest) , puis s'élever à gauche (Nord) pour rejoindre un vaste replat marécageux, généralement asséché en été.
    Traverser ce replat herbeux en direction de la brèche, puis emprunter une sente bien visible à l'extrémité nord du replat.
    La sente s'élève sur les rochers, puis vient rapidement buter contre une paroi rocheuse légèrement inclinée et haute de quelques mètres. L'escalader au mieux en s'aidant des nombreuses prises (cotation III). Une corde peut s'avérer utile pour les moins aguerris.
    Au-dessus de la paroi, on prend pied sur le replat de Millaris.

    8h00 Plano de Millaris (2355m)
    Traverser le plateau, et poursuivre sur une sente bien visible qui s'élève en traversée de la gauche vers la droite.
    Vers 2500m, la sente cairnée s'élève à nouveau vers le nord, dans l'axe du vallon, en direction de la brèche de Roland.
    Sur notre droite, on peut voir au loin l'entrée de la grotte de Casteret.
    Vers 2580m, on atteint un replat, avec sur notre droite des pentes d'éboulis.

    8h40 Replat (2580m)
    S'orienter à gauche pour suivre une bonne sente qui nous élève sans histoire jusqu'à la Brèche  en contournant le fond du cirque par la gauche.

    9h30 Brèche de Roland (2805m)
    Nous voilà de nouveau avec un pied en France et un autre en Espagne. Face à nous en contrebas, le refuge des Sarradets.
    Descendre en face, sur une sente bien visible. La première partie nécessite de s'aider un peu des mains, mais ne présente pas de réelles difficultés.
    Le sentier continue ensuite en traversée vers la gauche, sur une zone fréquemment occupée par un vaste névé. Suivant les années, ce névé peut être présent jusqu'à l'automne. Une paire de crampons peut s’avérer nécessaire pour une descente sereine, surtout en début d'été.
    Au-delà du névé, poursuivre la descente jusqu'au refuge.

    10h00 Refuge de la Brèche ou des Sarradet (2590m)
    Suivre la sente qui passe à gauche du refuge, et rejoint en quelques minutes le col des Sarradets.

    10h15 Col des Sarradets (2589m)
    A l'est, le pic de Marboré, à gauche de la grande cascade. Au sud-ouest, le Taillon tout proche. Au nord-ouest, au loin, le Vignemale et son glacier
    Suivre le sentier bien visible du col des tentes. On longe la base de l'ancien glacier du Taillon jusqu'à rejoindre le torrent. Le traverser avec précaution. Ne pas hésiter à descendre de quelques mètres pour traverser à un endroit où les rochers sont moins humides.
    Peu après le torrent, on atteint une bifurcation signalée par un panneau.

    10h35 Bifurcation du plateau de Bellevue (2421m)
    Laisser à droite le sentier menant à Gavarnie par le plateau de Bellevue.
    Suivre à gauche le sentier bien marqué qui descend paisiblement en traversée sous la face nord du Taillon.

    11h15 Port de Boucharo (2270m)
    Le boucle s'achève ici. Emprunter à droite la large piste en direction du col des Tentes.

    11h40 Col des tentes (2208m)

Plus d'infos
    Emplacement de bivouac idéal à Aguas Tuertas (vaste étendue herbeuse, vue magnifique, et eau du torrent à proximité).
Point d'intêret
    Paysages d'une grande variété. Vues grandioses sur une grande partie du parcours. Nombreux izards cÎté espagnol. Parcours spectaculaire et ludique sur les 3 vires.
Epoque souhaitable
    été et automne, en l'absence de neige
Où loger
    - Bivouac interdit au col des tentes, mais autorisé 2km plus bas sur la route d'accÚs depuis Gavarnie, juste au niveau du panneau indiquant l'entrée dans le Parc National.
    - Refuge des Sarradets (fermé en 2018-2019 pour cause de travaux d'agrandissement)