rando-marche.fr

 

 Batoua - Lustou (3034m)

crêtes intégrales

Un fabuleux voyage sur des crêtes extrêmement peu fréquentées. La course est longue et exige une attention de tous les instants tout au long du parcours de crête. 

Un itinéraire sauvage et varié qui mérite vraiment le détours.

Attention cependant à ne pas négliger la longueur du parcours, l'absence de balisage, la qualité parfois médiocre du rocher, l'isolement et l'altitude. Autant de points qui font de cette course une entreprise sérieuse à réserver à des montagnards aguerris.

Réalisé en aout 2014
Dernière modification le 08/10/2016
  • Intérêt
    :  
  • Situation
    : Hautes-Pyrénées > Frédançon
  • Cotation alpinisme
    PD+
  • Cotation escalade
    : 3a
  • Cotation de sérieux
    III
  • Type de terrain
    : Arête
  • Orientation principale
    : SO
  • Distance
    : 18 km
  • Dénivelée
    : 2300 m
  • Dénivelé de difficulté
    : 650 m
  • Altitude maximale
    : 3034 m
  • Horaire
    : 4h50 + 5h15 + 3h00
  • Cartes
    : Top25 1748ET
    Pyrénées n°4 bigorre
  • Type d'itinéraire
    : Boucle
Accès
Coordonnées GPS: 42° 44' 0.43'' N / 0° 18' 0.48'' E

Depuis l'A64 sortie 16. Passer Saint-Lary Soulan. 3km plus loin tourner à gauche sur la D19 direction Tramezaigues /  Frédançon.
Poursuivre 8km et se garer sur le grand parking de Frédançon, au bout de la route goudronnée.
Route en très bon état jusqu'au bout.

Difficultés
Rocher délité, particulièrement dans la première partie du parcours de crête jusqu'au pic de la Niscoude. Il faut rester vigilant et bien tester les prises.
Crêtes aériennes par endroit.
Parcours très long. Les temps donnés peuvent considérablement fluctuer en fonction de notre aisance sur ce type de terrain.
Quelques échappatoires pas toujours évidents existent au-delà du pic de la Niscoude. Ne pas hésiter à renoncer suffisamment tôt si le timing n'est pas tenu.
Descriptif
Approche   distance: 8km ; dénivelé: +1650m; durée: 4h50

0h00 Frédançon (1380m)
Franchir le pont et emprunter au sud-est la bonne piste interdite à la circulation (voie normale du Lustou).

0h20 Pont sur le ruisseau de Péguère (1500m)
Quitter le sentier menant au pic de Lustou... on le retrouvera au retour si tout va bien.
Franchir le pont et suivre la route forestière de Péguère. Après le 3ième lacet emprunter un petit sentier à gauche dont le départ est signalé par un cairn. Le sentier s'élève rudement et finit par sortir du bois vers  1900m au niveau du cortail de Batoua.

1h20 Cortail de Batoua (1900m)
Poursuiver plein sud, rive gauche du ruisseau de Batoua, dont on s'éloigne peu à peu. Une sente existe, inutile au départ, mais dont l’intérêt se fait sentier pour contourner confortablement un ressaut rocheux vers 2060m.
Au-dessus du ressaut la sente nous ramène sud-est dans l'axe d'un large couloir mi-herbeux mi-rocheux.
Il s'agit maintenant de gravir ce couloir hors sentier pour atteindre le col 400m plus haut. L'entreprise est rude, la montée moyennement agréable sur des éboulis parfois fuyant.

3h20 Col ouest de Cauarère (2685m)
S'élever sans difficulté vers l'est en direction du pic de Cauarère sur lequel on retrouve le sentier de  la voie normale du Batoua.
Suivre vers l'est l'itinéraire bien cairné qui nous amène sans difficulté notable jusqu'au sommet du Batoua occidental.

4h50 Pic de Batoua (3034m)

Itinéraire   distance: 3.8km ; dénivelé: +650m -660m; durée: 2h00

0h00 Pic de Batoua occidental (3034m)
Suivre les cairns qui nous conduisent facilement sur le Batoua central, puis sur le Batoua occidental. Pas de grosses difficultés mais de nombreux passages où il faut d'aider des mains.

0h15 Pic de Batoua oriental (3032m)
Descente raide sur la crête est du Batoua. Peu difficile techniquement la désescalade  est rendue délicate par la qualité très moyenne du rocher délité. Parvenu à une brèche, on remonte sur le fil du pic de Guerreys (un bon II aérien sur rocher délité)

1h15 Pic de Guerreys (2867m)
Ne pas confondre ce pic de Guerreys avec le pic de Guerreys ou de Bacou (2975m) situé au nord-est, au-delà du pic de la Niscoude.
Ca commence par une descente raide (II sur rocher délité), puis on tombe sur un mur de 10m qu'il faut desescalader (III avec de bonnes prises) pour accéder au pied d'une brèche.
On poursuit par une montée longue mais sans difficulté jusqu'au sommet du Niscoude.

1h45 Pic de la Niscoude ou Pico Baliner (2963m)
La descente est d'abord facile, mais  notre élan est arrêté net par une brèche qu'on doit désescalader prudemment (II aérien).
Au pied de la brèche on remonte  en face sur un mur de 10m en III . Attention, ce passage que peut sembler facile est sérieusement compliqué par la mauvaise qualité du rocher qui a une fâcheuse tendance à vouloir nous rester dans les mains... bien tester chaque prise. On trouve des becquets au sommet pour poser une grande sangle et assurer un second (corde 12m).
Poursuivre sur un terrain plus facile où le rocher tient mieux. On rejoint une brèche (2759m) d'où il semble possible de s'échapper au nord-ouest (attention au barres 60m en contrebas et qui semblent évitables par la droite)

Le reste du parcours jusqu'au pic de Guerreys n'offre pas de difficultés. Le rocher est meilleur et les difficultés n'excèdent pas le II aérien.

3h45 Pic de Guerreys ou de Bacou (2975m)
Poursuivre sur la crête au nord. Les difficultés ne dépassent pas le II aérien, non soutenu et sur un relativement bon rocher (comparativement à ce qu'on a connu précédemment).  Face à nous on peut voir les pointes redressées du pic de Lustou précédé du pic de Tour.
L'escalade du pic de Tour en II aérien se fait plutôt facilement. La désescalade est un peu plus complexe: un mur en bon II, voire III, permet d’accéder à une profonde brèche (a négocier plutôt légèrement versant ouest). Heureusement les prises sont bonnes.
La suite se compose de passages aériens et de franchissement de brèches sans difficultés notables (II maximum).

5h15 Pic de Lustou (3023m)

Descente   distance: 6.4km ; dénivelé: -1650m; durée: 3h00

0h00 Pic de Lustou (3023m)
La descente se fait par la voie normale du Lustou, en suivant les cairns le long de l'arête nord nord-ouest. On reste plus ou moins sur le fil en évitant les principales difficultés par la droite. Cette portion nécessite de s'aider des mains par endroit et demande un peu d'attention.
Vers 2920m et quitte la crête pour suivre les cairns  qui nous guident au mieux sur une descente facile.
On poursuit plus bas (vers 2700m) sur une sente qui descend vers l'ouest et rejoint une cabane.

1h30 Cabane (2100m)
La cabane est privée, et fermée par un cadenas. Son toit plat et herbeux la masque jusqu'au dernier moment.
Poursuivre dans la même direction sur une bonne sente.
On rejoint le ruisseau de la Piarre qu'on longe en descente rive gauche. Joli cheminement sur de magnifiques pelouses en sous-bois.
Vers 1530m on rejoint une intersection signalée par des cairns. Suivre le sentier en descente à droite et traverser à gué le ruisseau de la Piarre.  Rejoindre sur notre gauche (sud) le ruisseau de Péguère qu'on longe sans le traverser (passage raviné). On rejoint rapidement le sentier de l'aller au niveau du pont.

2h40 Pont sur le Péguère (1380m)
Poursuivre tout droit sur la piste déjà empruntée à l'alle.

3h00 Frédançon (1380m)

Equipement en place
Non équipé
Matériel nécessaire
Rien, ou rappel 10m et quelques sangles
Points d'intérêt
Parcours sauvage, extrêmement peu fréquenté.
Somptueux points de vue tout au long du cheminement en crête.
Epoque souhaitable
Ete et automne, en l'absence de neige